Publications récentes

gao
Partager cet article sur facebook
a publié ceci :
Des enfants sans pères, Une menace à la paix.
Soumis par gaop le Lun, 17/12/2007 - 17:26
Paix et démocratie
ALERTE 012/07

Des enfants sans pères, Une menace à la paix.

1. Introduction.
Des réfugiés Hutu Rwandais, fuyant la guerre du Rwanda en 1994, étaient arrivés par milliers dans divers territoires de la RDCongo en général et à Walungu en particulier, au courant de la même année.
Ils furent reçus dans des camps des réfugiés dont les plus connus étaient celui de Bideka, Nyamirangwe, Izirangabo et celui de Cimanga.
C’est à l’arrivée des combattants Tutsi alliés à l’AFDL de Mzee Kabila Laurent Désiré à Walungu que ces réfugiés ont été dispersés dans la foret.
Plusieurs d’entre eux furent massacrés et ceux qui échappèrent à la mort allèrent se cacher trop loin dans les forets de Ninja, Luhago, Iregabarhonyi, Mugaba et autres.
Ce sont ces réfugiés qui plus tard, vers les années 2000, changèrent de peau en créant les FDLR, Forces démocratiques pour la libération du Rwanda.

S’étant unis avec un groupe de malfrats congolais appelés Rastas, ces hommes commencèrent à :

- Piller les biens de la population locale
- Incendier les maisons de paisibles citoyens
- Massacrer la population et aussi
- Violenter les vieilles femmes, les femmes et même les jeunes filles.
Les femmes enlevées, une fois enceintes, sont renvoyées dans leurs villages pour accouchement.
Les autres femmes violées et non enlevées se retrouvent aussi enceintes dans plusieurs des cas.

2. Des enfants sans pères.

Une nouvelle génération d’enfants issus de violences sexuelles de ce genre commence à inquiéter.
Certains de ces enfants ont atteint aujourd’hui l’age variant entre quatre et dix ans.
Il ne faudrait pas être prophète pour projeter que dans environs cinq ans, une autre menace de la paix surgirait dans le territoire de Walungu en particulier et dans toute la RDcongo en général.

En effet,
- Ces enfants ont des Hutus Rwandais pour pères : assassins, meurtriers, violeurs…
- Il y a probabilité qu’ils héritent de ce comportement. Ne dit on pas « Tel Père, tel fils »
- Ils ne sont pas acceptés par la société et même leurs familles.
- Une fois adultes, où vivront ils ?
avec qui ?
sur quel sol ?
Ne sont ils pas ainsi exposés à des recrutements dans les bandes armées ?
Déjà à leur bas âge, ces enfants manifestent des comportements agressifs, arrogants, bref, marginaux : vol, errance, mendicité…
Leur nombre ne fait qu’augmenter au jour le jour et dans chaque village de walungu, on y trouve pas moins d’une centaine.
Les villages les plus ciblés sont : Ishakishe, Musengesi, Mwirama, Nabishaka, Kaniola, Budodo, Nalubuze, Cindubi, Murhali, …
Ainsi, il nous est utile de prévenir que guérir.

C’est pour cette raison que nous recommandons :

Au Gouvernement Congolais :
De fournir le plus grand effort afin de mettre hors d’état de nuire ces forces négatives qui violent en toute impunité les filles et femmes de nos villages et qui ne font qu’accroître le nombre d’enfants sans pères.
Aux organisations non gouvernementales internationales et nationales
- De mettre à la disposition des organisations locales des moyens requis pour identifier et encadrer ces enfants afin qu’ils deviennent utiles à la société.
- D’éduquer leurs mères et la société, à les accepter.
C’est cela un des moyens efficaces pour écarter la menace à la paix suspendue, comme l’épée de Damoclès, sur nos villages.
GAO asbl
17 décembre 2007.

Date de la publication : 2019-05-22 18:00:45
GAO
RECHERCHER
CONNEXION UTILISATEUR

Votre adresse email
Mot de passe

Demander un mot de passe ?
Aimez et partagez sur Facebook
S'ABONNER À NOTRE BULLETIN ÉLECTRONIQUE

Votre adresse e-mail